Archives

Lila Downs

Lila Downs

Lila Downs est une des plus influentes artistes d’Amérique Latine. Formidable chanteuse, dont la voix va de graves profonds à de subtils suraigus, elle est connue pour ses performances charismatiques. Cette voix de velours mexicaine aborde à travers ses compositions différents styles passant par la cumbia, ranchera, corrido, bolero et chansons latino-américaines au contenu social important à travers ses sujets de prédilection: la justice sociale, l’immigration et le futur des femmes.

Américaine par son père, mexicaine par sa mère (indienne zapotèque), Lila Downs affirme au fil de ses albums la fierté de ceux de Oaxaca. Dans cette région montagneuse, à 500 kilomètres de la ville de Mexico, on ne cesse de craindre et d’adorer les forces invisibles et les saints qui régissent le quotidien. Lila contribue à travers ses chansons à maintenir active la culture des langues américaines natives tels que le Zapotec, Mixtec, Nahuatl, Maya et Purepecha.

Au fil de sa carrière Lila a enregistré 14 albums studios, 2 lives dont un à Paris (Live à FIP) et a été nommée à 9 Grammy Awards. Elle en remporte 6, récompensant son travail artistique; le fruit de collaborations prestigieuses avec de grandes figures de la musique Latino Américaine telles que Mercedes Sosa, Caetano Veloso, Juan Gabriel, Santana, Diego El Cigala, Celso Piña et Toto La Momposina…. Chavela Vargas avant d’atteindre le firmament aura fait de Lila, selon ses dires, son héritière.

Lila Downs s’est produite sur les plus prestigieuses scènes et festivals du monde, dont le Lincoln Center, Carnegie Hall et Hollywood Bowl, ainsi qu’à la cérémonie des Oscars pour sa participation à la bande originale du film “Frida”. Elle fut également invitée par Barack Obama pour chanter à la Maison Blanche.

Lila Downs en chiffres
Facebook: 1.300.000 fans
Spotify: 1.125.000 écoutes mensuelles
Chaine Youtube: 200.003.549 vues
Grammy Awards: 6 (9 nominations)

De nombreux points communs unissent Lhasa et Lila: leurs origines américano-mexicaines et l’influence des maîtresses voix de la chanson mexicaine, Chavela Vargas en tête. Libération

Formidable chanteuse, dont la voix va de graves profonds à de subtils suraigus, Lila Downs aborde différents styles, de la ranchera, chanson paysanne, à la sautillante cumbia colombienne. Le Monde

Sara Curruchich

Sara Curruchich

La voix de la résistance autochtone en Amérique Latine

À la fois autrice, compositrice et interprète, Sara Curruchich puise son inspiration dans sa culture maya en composant dans sa langue maternelle, le Kaqchikel, et en espagnol, mélangeant avec subtilité des sonorités de folk, de rock avec des éléments propres à sa culture maya.

Première artiste maya à s’illustrer sur la scène latino-américaine, ONU Femmes a décidé de la nommer ambassadrice afin de relayer les messages de lutte contre les discriminations et la défense de l’égalité de genre dans le pays centroaméricain.

Aujourd’hui, ses chansons sont reprises dans les manifestations des communautés autochtones. C’est pourquoi Sara écrit dans les deux langues, espagnol et kaqchiquel, allant jusqu’à les mélanger dans une même chanson. La défense de la langue kaqchiquel est l’un des traits qui définissent la musique de cette jeune femme qui, enfant, n’a jamais pu recevoir un seul cours dans sa langue maternelle.

Sara est en train de devenir une des nouvelles voix importantes de la world music comme en témoigne ses concerts sur les prestigieuses scènes internationales du Zocalo à Mexico en mars 2020 aux cotés de Mon Laferte et de Ana Tijoux, devant plus de 40 000 personnes ou encore du Lincoln Center à New York. En France, Sara s’est produite en 2019 au Festival Musicalarue (Luxey) et au Tempo Latino (Vic Fezensac).

Avec Somos, son nouvel premier album sorti en 2019, Sara Curruchich réalise un travail loin des standards commerciaux latino-américains. Elle y donne tout son talent avec un tel enthousiasme sincère, beaucoup d’audace et de vérité. Enregistré entre le Guatemala, la France et l’Espagne, avec la collaboration d’Amparo Sanchez (Amparanoia) et sous la direction de Gambeat, le légendaire bassiste de Manu Chao, cet opus est un cri d’amour, de révolte et de tendresse infinie.

Son deuxième album “Mujer Indigena” produit par Amparo Sanchez, sortira le 08 Octobre 2021. Il compte la participation de la mexicaine Lila Downs et de l’espagnol Muerdo.

Au mois de juillet 2021, Sara a reçu le Prix MTV Transforma MIAW 2021 pour son combat pour l’égalité des genres et ses contributions depuis sa musique pour apporter des changements face aux problèmes sociaux en Amérique Latine.

ËDA

Ëda Diaz

De la jungle colombienne aux toits parisiens.

ËDA – Eléonore Diaz Arbelaez est chanteuse et contrebassiste. Ses premières expériences musicales, du rock psyché à la salsa, et son héritage culturel l’amènent au goût du mélange. Elle écrit et chante en espagnol, dans la langue des poètes qui l’inspirent, car elle est franco-colombienne.

En 2015, elle rencontre Anthony, musicien et réalisateur dans le monde pop et jazz. Il connaît, lui aussi, la musique latine ; avant de faire partie de 3SOMESISTERS, il a collaboré avec Ricardo Herz (Brésil) ou encore Niuver (Cuba).

Dès lors, ils entament un travail complice autour des textes et des compositions d’Eléonore, s’inspirant de la puissance d’une Lhasa de Sela, l’onirisme d’une Björk, la profondeur abyssale d’un James Blake ou encore la douceur d’une Omara Portuondo. Au terme d’un cheminement qui s’est enrichi au fil du temps, comme l’aboutissement d’une quête de soi, ils fusionnent musiques traditionnelles latines et electro-pop actuelle.