Paulo Flores

Paulo Flores

Voilà plus de 25 ans que Paulo Flores a commencé sa carrière, avec un premier album paru en 1988, lorsqu’il n’avait que 16 ans. Dans cet album précoce, Kapuete Kamundanda, il explore notamment un genre tout nouveau, le Kizomba, où se mélangent avec modernité le zouk des Caraïbes et les rythmes angolais. Depuis, il est devenu une immense star en Angola, son pays natal, et dans les communautés africaines lusophones.

Paulo Flores est né à Luanda en Angola mais a été élevé à Lisbonne au Portugal, tout en faisant de fréquents voyages en Angola. Son père, un DJ, lui transmet sa passion pour la musique afro-américaine. C’est avec Carlitos Vieira Dias, un guitariste angolais des années 1970, que Paulo Flores commence à jouer de la Semba traditionnelle.

Au cours de ses recherches musicales, il a ainsi cherché à faire fusionner différents genres lusophones avec les rythmes traditionnels de la musique angolaise, et à rapprocher la Semba africaine de la Samba brésilienne.

Au cours de sa carrière, il a su composer avec des rythmes de batteries et de synthétiseurs programmés tout comme avec des instruments acoustiques tels la guitare, l’accordéon et les percussions traditionnelles. Sa musique s’est également faite plus mélancolique avec le temps. La force poétique et sociale de ses textes lui a permis de se démarquer et d’acquérir une reconnaissance internationale : portés par une voix à la fois douce et profonde, ses textes sensibles nous racontent la vie en Angola, la réalité de la guerre civile et de la pauvreté, la corruption ou encore la condition des enfants soldats. Des histoires personnelles ou collectives de la vie quotidienne, qu’il chante en mêlant le portugais, l’anglais, le kimbundu ou l’argot de Luanda.

Véritable ambassadeur culturel de l’Angola, son action ne s’arrête pas à la musique. Souhaitant participer à la reconstruction de son pays, il a collaboré avec les Nations Unies, ou encore participé à des campagnes de sensibilisation des jeunes au sida. Et bien qu’il vive au Portugal, il retourne fréquemment en Angola pour des concerts, s’entourant souvent des meilleurs musiciens et chanteurs locaux de toutes les générations.

Sa discographie compte aujourd'hui plus d'une douzaine d'albums et Bolo de Aniversario, le dernier en date, est paru au printemps 2016.

Quelques références scéniques

WOMEX 2014 Santiago de Compostela (Espagne)
Festival Rio Loco, Toulouse (France)
Théâtre de la Ville, Paris (France)
Summerstage Festival, New York (USA)
Paradiso, Amsterdam (Pays-Bas)
Festival de Músicas do Mundo, Sines (Portugal)
Casa da Música, Porto (Portugal)
Kriol Jazz Festival (Cap Vert)